[Tactique-Fiction] N°2 : La chute de Bruno Genesio, en 4 dates…

img-bruno-genesio-1453109532_580_380_center_articles-215675

[Même si l’auteur de ces lignes pense que ses mots sont prémonitoires, on rappelle ici que le texte suivant est une FICTION (pour ceux qui n’ont pas bien lu l’intitulé), qui laisse libre cours à l’imagination, tout en partant d’une base réelle… L’intérêt de ce récit réside dans l’extrapolation de la tendance qui semble se dégager à l’heure actuelle, c’est-à-dire celle d’une future évolution des choix tactiques de l’entraineur de l’OL, qui ne devrait cependant pas améliorer nettement la situation (fond de jeu et résultats) d’ici décembre… De notre côté, même si tout ceci est fictif, on va quand même mettre une petite piécette sur une éviction de l’ami Bruno fin décembre…]

Attachez vos lunettes…

27 août 2016, Dijon-OL (4-2)

Ce 27 août restera en mémoire comme la date d’une lourde défaite qui a marqué les esprits, contre un promu qui plus est… Alors que l’OL aurait pu l’emporter largement si tant d’occasions n’avaient pas été vendangées (en cette région viticole), ce sont les carences défensives qui ont fait jaser… Et c’est l’entraineur lyonnais, Bruno Genesio, qui en a profité pour critiquer à nouveaux ses joueurs (comme après la défaite contre le PSG…), mais aussi de JMA, qui a lancé un tacle glissé à son entraineur, en se demandant si la tactique utilisée était la bonne (avec Fékir sur l’aile droite dans ce 4-3-3 désagréable), ou si certains jeunes n’auraient pas leur place dans les 18 et même dans les 11 titulaires…

Les 4 premiers matchs (dont 2 contre des promus, et un contre Caen) ont été décevants… C’est peu de le dire… L’OL a gagné 2 fois, perdu 2 fois, a marqué et encaissé 8 buts. L’entraineur essaye de corriger des défauts individuels observés lors de ces matchs, alors que les problèmes sont clairement collectifs, et on peut le résumer en une phrase : la transition défensive est très mauvaise et la défense se retrouve dans des situations d’égalité ou infériorité numérique beaucoup trop souvent. C’est donc la préoccupation qui règne chez les supporters, mais sans catastrophisme toutefois… On peut toujours se dire que cette dernière défaite n’était qu’un accrochage…

Mais avec la fin de mercato ratée, qui a montré au grand jour les différences internes entre les 5 décideurs lyonnais (JMA, GH, BL, BG et FM), il devient évident que le problème de l’absence de véritable directeur sportif (qui remettrait chacun à sa place) est critique. Et en à peine un mois et 4 matchs de compétitions officielles, Bruno Genesio a déjà épuisé une bonne partie du crédit emmagasiné lors du premier semestre de l’année 2016 (avec une très belle remontée). Son insistance à utiliser un système qui favorise un seul joueur (celui qui ne signera pas sa prolongation de contrat) commence à déplaire en interne, face à ceux qui voudrait un 4-2-3-1 ou même un 3-5-2… Le mois de septembre s’annonce tendu…

27 septembre 2016, Séville-OL (3-2)

Mais il n’a pas seulement été tendu, il a été réellement pesant : pour les joueurs, les dirigeants et aussi les supporters, fatigués de voir leur équipe n’avoir aucun fond de jeu, avec un entraineur qui a maintenu son 4-3-3, plus pour imposer sa voix en interne, que pour de profondes raisons tactiques. Avec, bien entendu, un Ghezzal revenu en grâce et donc titulaire (mais pas franchement convainquant dans le jeu) et un Fékir sur le banc après son retour d’opération. Après une victoire étriquée à domicile lors du match inaugural de Ligue des Champions contre Zagreb, l’OL a balbutié en championnat, alternant victoires à domicile et déroutes à l’extérieur (dont une à Marseille), et donc la dernière en date contre Séville.

Avec un score de 3-0 pour les andalous à la mi-temps (qui aurait pu être bien pire), l’OL a été nettement surclassé et l’a échappé belle. La grande nouveauté s’est vue avec l’entrée à la mi-temps de Fékir au poste de 10, tout en conservant sur le terrain Ghezzal, au poste d’ailier droit. L’entraineur lyonnais a donc décidé de tenter sérieusement le 4-2-3-1 en deuxième mi-temps (après quelques bouts de matchs dans cette configuration pendant le mois de septembre), lors de laquelle le club a réussi à mettre deux buts chanceux, dont un du numéro 18. Après cette réussite (toute relative), ce système sera celui qui sera principalement utilisé pendant le mois d’octobre, lui aussi de grande importance… Un mois d’octobre en 4-2-3-1, avec Fékir au poste de 10 (ou même Tolisso et Darder). Du changement tactique, mais malheureusement, pas de résultats probants…

Car durant le mois d’octobre, avec ce double-pivot au milieu, c’est Darder qui perdra sa place de titulaire, parfois au profit de Tolisso ou Ferri, pendant que les quelques apparitions de Grenier empêcheront (encore et toujours) Kemen et Tousart de faire partie du groupe. Beaucoup de déceptions donc, pour des résultats toujours insatisfaisants en championnat, alors qu’en LDC, le club subit une défaite à domicile (0-1) face à la Juve, organisée en 3-1-4-2 (qui a beaucoup impressionné Genesio)… Et une nouvelle défaite à Nice permet aux sudistes de passer devant l’OL au classement… Pendant ce temps-là, Valbuena se plaint directement à son agent et à JMA de son statut de remplaçant (qu’il a définitivement gagné)… Jusqu’au match retour contre la Juve, à Turin…

2 novembre 2016, Juventus-OL (6-1)

LA DÉMONSTRATION italienne, face à une équipe lyonnaise qui n’a jamais su comment éviter les attaques successives piémontaises. Un 3-1-4-2 excellent, manié sur le bout des doigts (des orteils), face à une équipe lyonnaise perdue sur le terrain. Car après un début de match en 4-2-3-1, l’OL a improvisé un 5-4-1 ultra-défensif, pour éviter (sans succès) de prendre un set de tennis… Avec en prime la blessure de Ghezzal (pour 1 mois et demi), sur un choc involontaire avec Pjanic. L’entraineur lyonnais admettra en privé qu’il n’a plus qu’une seule solution pour remobiliser le groupe : copier la Juve et adopter une défense à 3. Intéressant sur le papier. Mais d’une folle tristesse sur le terrain…

Car, au lieu de faire glisser Gonalons au poste de libéro, et de remplacer Mapou et N’Koulou (pas folichons depuis le début de saison) par Mammana et éventuellement Morel, ce qui permettrait à Sergi Darder de retrouver du temps de jeu, au poste de 6 (dans un rôle de regista), l’entraineur lyonnais maintient Gonalons au poste de 6, ainsi que les deux « Marius Trésor »… Ce qui amènera le jeune espoir argentin à se demander s’il a pris la bonne décision en quittant son pays et son club de coeur pour aller jouer en 4ème division française… La presse en aura écho et cela fera à nouveau réagir le président lyonnais…

C’est donc à ce moment-là que JMA reapparaît sur le devant de la scène, face aux critiques reçues par le coach, avec une déclaration énigmatique, en forme d’ultimatum : « vous savez, ceci étant, on m’a proposé plusieurs coachs de niveau international, mais j’ai pleine confiance en Bruno pour redresser la situation, et pour nous qualifier au moins pour l’Europa League, et terminer sur le podium fin décembre… » On connaissait le président pour ses déclarations qui cherchaient à protéger les joueurs, mais on observe désormais un nouveau style, beaucoup plus agressif et exigeant envers le staff technique…

18 décembre 2016, Monaco-OL (2-0)

C’est la revanche monégasque, après le 6-1 infligé 6 mois plus tôt, pour clore la saison passée… Cette défaite arrive au mauvais moment pour l’OL, qui perd sa troisième place (au profit de Nice), alors que Monaco est déjà à 8 points, et que l’OM (l’invité-surprise) le talonne… Mais au-delà du résultat et du classement. C’est le fond de jeu de l’OL (inexistant) en novembre et décembre (et avant !) qui inquiète ! Le 3-1-4-2 (ou 3-5-2) n’a jamais été réellement travaillé par l’entraineur, et les observateurs se plaignent d’un OL qui est devenu très peu dangereux, car cette défense à 3 est surtout devenue une défense à 5, utilisée lors des matchs à domicile (pour conserver un résultat serré), ou à l’extérieur, dans l’optique d’obtenir le nul… Les sifflets se font de plus en plus insistants au Parc OL…

Alors, OUI, l’OL a bien terminé à la troisième place de son groupe de Ligue des Champions (qualification obtenue lors de la dernière journée, avec 4 points à peine, grâce à un nul obtenu à Zagreb, qui termine comme la pire équipe de LDC de la saison !). Mais le club est encore une fois la risée de l’Europe. La volée reçue en Italie et la démonstration tactique en Espagne ont laissé des marques, tant en interne qu’à l’extérieur du club. La gestion déplorable de l’effectif, le vide tactique (malgré les changements de système) et la 4ème place en L1 auront raison de la sacro-sainte stabilité lyonnaise. Bruno Genesio sera encore à la tête de l’équipe pour le dernier match à domicile contre Angers (gagné difficilement), mais il sait ses heures comptées… En témoigne sa conférence de presse d’après-match où on l’a senti ému, et où il a même lâché la phrase fatidique : « je n’ai plus de solutions »…

Bruno Genesio aura été l’entraineur de l’OL pendant toute l’année civile 2016, pour un résultat honorable comptablement, mais aux deux visages : 6 mois sur un nuage (qui s’est ensuite évaporé), puis 6 mois très poussifs, agrémentés de dissenssions internes. Car Bruno Genesio n’a pas été le toutou du président, comme certains le pensaient. Il a fait valoir ses options, notamment ses choix tactiques (4-3-3 inamovible de janvier à septembre, puis « bouillie tactique » dans différents systèmes) et choix de joueurs (Ghezzal, Ferri, Marius Trésor x 2, etc…), et c’est bien ce qui a amené le Président à arrêter les frais et reprendre la main… Quelles décisions prendra JMA à la mi-saison ? C’est ce qu’on verra dans un prochain chapitre. A venir, très bientôt…

________

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner par email ou Twitter, ici : 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s