Plaidoyer pour un duo Juninho / Pat’ Müller à l’OL ! (comme Directeur Sportif et Directeur du Football)

tumblr_nywp1j3vb11s8mvnko1_1280

Un plaidoyer osé alors que Gérard Houllier entre à peine dans ses nouvelles fonctions et que Bernard Lacombe est toujours là ! Mais pour différentes raisons, et tel un joueur d’échec, JMA doit certainement anticiper et avoir un (ou plusieurs) coup(s) d’avance ! Et on espère qu’il imagine un duo JUNINHO en tant que Directeur Sportif, et Patrick MÜLLER en tant que Directeur du Football… Rappelons que ni Lacombe (et ses casseroles), ni Houllier (la Bulgarie, Ginola, Anelka et compagnie) n’ont une image publique franchement positive, et si ce n’est pas encore un problème, c’est en tous cas un frein au développement d’une image plus policée et moderne du club, autour des idoles des années 2000…

PARCE QUE L’OL A DÉJÀ UN DUO DE DIRECTEURS SPORTIFS « DE FACTO »

Bien que l’idée d’un duo étonne, on notera que, dès septembre, l’OL va fonctionner avec deux hommes qui occuperont les fonctions attendues d’un directeur sportif dans un club comme l’OL : Bernard Lacombe (au club depuis presque autant de temps que JMA) et qui est officiellement « Conseiller du Président », et Gérard Houllier, qui va signer comme « Conseiller extérieur en matière sportive » à partir du 1er septembre. Des dénominations qui font emphase sur leur différence. L’un est interne (et fait partie de l’organigramme), l’autre externe. Mais finalement, tant l’un que l’autre occupent des fonctions qui sont, dans d’autres clubs, à la charge d’un Directeur Sportif (voire deux, dans le cas du PSG avec Létang, adjoint de Leonardo puis de Kluivert, ou d’un Directeur Sportif et un Directeur du Football, comme à Barcelone).

Gérard Houllier (bientôt 69 ans) sera un « conseiller externe », mais surtout un conseiller limité par sa santé, qui a raté sa visite médicale et qui, au lieu d’être recalé, a été embauché d’une manière distincte à celle prévue initialement (en tant que « manager ») : moins d’obligations, un champ d’action réduit, un temps réel d’implication réduit, une présence quotidienne non-requise, etc… Il interviendra pour consolider la cellule de recrutement, ainsi que dans certaines négociations avec des joueurs de l’OL, et on l’imagine avec des joueurs ciblés par le club… Une absence partielle qui profite à Bernard Lacombe (64 ans), présent au quotidien avec les joueurs (et avec de nouvelles fonctions relatives à l’Association OL Légendes, et au futur musée ?) qui peut assez facilement faire à sa guise… Et pendant ce temps-là, aucun des deux ne supervise formellement le travail de la CFA/PRO 2, qui est critiqué par beaucoup !

… QUI N’EST PROBABLEMENT PAS FONCTIONNEL ET COMPLÉMENTAIRE

On peut d’ailleurs se demander si les fonctions des deux anciens sont si claires et complémentaires, quand on s’intéresse au cas Ghezzal… Gérard Houllier a parlé avec Rachid Ghezzal il y a peu pour le convaincre de signer une prolongation de contrat, alors que, de son côté, Bernard Lacombe avait été vu en discussions dans les coulisses du Parc OL (lors du match OL-Benfica, pour lequel Ghezzal avait été écarté). On peut imaginer que la teneur des deux discours risque d’avoir été assez différente. Certains penseront que Bernard Lacombe a rassuré le joueur (qu’il avait comparé à Rivaldo !) sur le fait qu’il jouerait sans problèmes à partir de septembre (même sans avoir prolongé), comme Gomis en 2013***, alors que le président et Gérard Houllier faisaient dans le même temps pression sur le joueur, peut-être en le menaçant de rester en tribune jusqu’à ce qu’il prolonge…

Il faut donc se demander si le travail d’un des conseillers n’est pas défait par l’autre (et vice-versa). De plus, on connaît le « goût » de Bernard Lacombe pour certains types d’attaquants (Delort, Gomis, Gignac) et sa capacité à convaincre JMA. On connaît aussi l’historique de recrutements foireux de Gérard Houllier à Liverpool (Salif Diao, Grégory Vignal, etc…) Le recrutement de l’OL en est (et en sera) peut-être la victime, avec chacun des conseillers défendant ses propositions… On se demande donc quelle sera la faculté du club de prendre les meilleures décisions, avec un quatuor composé de JMA, Lacombe, Houllier et Maurice, complété par l’entraineur Bruno Genesio… A moins que Gérard Houllier se concentre sur la création d’un vrai réseau de recrutement, avec une méthode claire, complète, qui réduirait les erreurs et risques inutiles… À voir…

CAR CE SONT 2 GRANDS JOUEURS DE L’OL, AUX GRANDES QUALITÉS HUMAINES…

On ne présente plus Juninho, avec plus de 300 matchs et 100 buts en 9 saisons (de 2000 à 2009). Patrick Müller non plus, 6 ans et demi et 200 matchs avec l’OL (entre 2000 et 2008). Les deux joueurs ont connu l’apogée de leur carrière sportive à l’OL. Juninho est peut-être le joueur ayant amené le club au plus haut niveau, voire le meilleur joueur de son histoire (en tous cas, un des meilleurs). De son côté, Patrick Müller nous dit qu’il transmet sa passion de l’OL à ses enfants, la proximité de Genève aidant… Le départ du premier des deux a été vécue comme un déchirement par beaucoup de supporters, alors que le second a été rappelé (en 2006) par le club après un départ en 2004, époque où le joueur avait tenté sa chance à Majorque, avant de se rendre compte qu’il avait commis une erreur.

Mais au-delà de leur parcours, Juninho et Müller sont reconnus pour leurs qualités humaines. On ne sait pas s’ils sont spécialement amis, depuis 16 ans qu’ils se connaissent, et leur arrivée au club, durant l’été 2000. Mais on sait qu’ils ont été des références du vestiaire lyonnais pendant presque une décennie. Qu’on n’a jamais entendu parler de problèmes de comportement de leur part, bien au contraire, qu’ils ont été des leaders, des modèles et des exemples pour les jeunes et les moins jeunes d’un effectif qui s’est qualifié en 1/4 de finale de Ligue des Champions de nombreuses années consécutives… La photo qui illustre l’article est peut-être un signe, notamment d’un possible rapprochement des deux hommes depuis 2015 et le début de leur formation commune de dirigeant de club…

… QUI SE FORMENT POUR DEVENIR DIRIGEANTS DE CLUB DE FOOTBALL…

Juninho et Patrick Müller ont la même ambition : celle d’apporter leur expérience en tant que dirigeants dans le monde du football professionnel. Car les deux hommes sont engagés dans une formation de l’UEFA, un Master Exécutif pour ex-joueurs de football professionnel, débuté en 2015 et qui se concluera à la mi-2017. Une formation que suivent également Eric Abidal, Pierre Issa, Raï, Bruno Cheyrou, Nuno Gomes ou encore Christian Karembeu, entre autres. On ne considère pas ici la possibilité que le premier nommé devienne un dirigeant de l’OL car on sait qu’il est très proche du FC Barcelone et que son futur se dessine plus sûrement en Catalgone, même si on le voit de temps en temps en visite à l’OL.

On se rappelle que Juninho avait été en contact avec JMA en décembre 2015 et lors des mois suivants. Il avait surement décliné la possibilité de revenir, à l’époque, argumentant probablement qu’il voulait prendre le temps de se former (il venait à peine de commencer ce master) et profiter quelques temps encore de sa vie au Brésil (chose qu’il a réaffirmé ensuite). Ce qui avait tout de même fait dire à JMA, qu’avec Juninho, « il y a une histoire à écrire, on y travaille« … Alors que sa formation se conclut, et que le duo Houllier/Lacombe, à peine réuni, en est déjà à son premier couac avec le cas Ghezzal, alias le « Rivaldo du Rhône » (ce qui a totalement plombé le mercato lyonnais dans le secteur offensif), que pourrait-on espérer de mieux que de voir Juninho prendre la main et mettre tout le monde d’accord ?

… ET QUI ONT TOUT POUR ÊTRE COMPLÉMENTAIRES…

Si le choix de Juninho apparait clairement comme un choix clair et fort, vous me demanderez pourquoi y ajouter Patrick Müller… En premier lieu, il n’est pas si étonnant qu’un duo soit nommé à ce poste dans de grands clubs européens (en général il s’agit d’une figure médiatique accompagné d’un adjoint qui l’est moins, comme au PSG… ou d’un « Directeur Sportif » accompagné d’un « Directeur du Football » comme au FC Barcelone). Après l’arrêt de sa carrière, le maestro brésilien a travaillé principalement comme consultant pour la télévision brésilienne et on imagine facilement Juninho occuper des tâches médiatiques, de représentation devant les médias français, qui rappellent celles de Leonardo au PSG il y a quelques années… De plus, son aura et son prestige aideraient certainement à convaincre des joueurs d’origine latino-américaines (voire de la péninsule ibérique) de venir à Lyon et pas ailleurs.

Mais le parcours de Patrick Müller est assez distinct de celui de Juninho, et c’est ce qui lui donne tout son intérêt… Celui qui est désormais titulaire d’un diplome d’Ecole de Commerce en Suisse (selon sa fiche sur le site du Master Exécutif de l’UEFA), travaille depuis 5 ans au sein de l’UEFA, dans l’organisation de matchs de compétitions européennes puis dans l’organisation de séminaires sur le développement du football. Ce profil d’insider des institutions européennes du football, sa double-nationalité suisse-autrichienne, sa maîtrise de la langue italienne et allemande peuvent permettre d’ouvrir l’horizon des Balkans et l’Europe de l’Est, mais surtout d’asseoir l’image d’une direction sportive lyonnaise qui s’inscrit aussi dans un sérieux, une sobriété, un travail de l’ombre, qui pourraient faire du bien et compléter l’image d’un Juninho en « tête d’affiche »…

Si un poste d’ajoint peut sembler superflu, pourquoi ne pas créer un poste sur mesure pour notre bon vieux Pat’… Si le « Directeur Sportif » s’occupe principalement de superviser l’équipe première, du recrutement, et des médias, alors le « Directeur du Football » peut se centrer sur le groupe Pro 2 et l’Académie, l’équipe féminine, les bonnes relations avec l’UEFA, et participer au travail sur les partenariats et le développement commercial du club (dont le stade) et l’internationalisation du club vers l’Asie… Ce serait pas mal, non ?

____

*** En 2013, Bernard Lacombe s’était déclaré « un peu déçu » du fait que Gomis refuse de partir à Swansea ou Newcastle, après qu’il ait dit qu’il ne partirait pas libre de l’OL. On imagine qu’en privé, l’histoire était toute autre, beaucoup moins critique et beaucoup plus compréhensive, étant donné que Bafé Gomis parle de Lacombe comme de son « père spirituel« , qui lui a prodigué de « bons conseils »…

____

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner par email ou Twitter, ici : 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s