Voici pourquoi JMA a raison de se plaindre du PSG…

aulas-et-al-khelaifi-unis-face-au-fpf_142249

Les médias en font désormais leurs choux-gras, les déclarations de Jean-Michel Aulas font parler, baver, gesticuler dans les médias sportifs nationaux (parisiens?), encore et toujours… Alors que sa dernière sortie médiatique a pour objectif d’attirer sur lui l’attention avant le Trophée des Champions 2016, et ainsi adoucir une éventuelle défaite, ou épicer une possible victoire de son club, les journalistes défendent coûte que coûte un PSG « survitaminé », au-delà d’une quelconque objectivité factuelle. Voici pourquoi Jean-Michel Aulas a raison sur toute la ligne, à propos du PSG… Et selon nous, il ne va pas encore assez loin !

_______

SOUS LA FAÇADE D’UN SPONSORING « INNOVANT », LE PSG A PRÉSENTÉ DES BÉNÉFICES ARTIFICIELS POUR POUVOIR DOMINER LE FOOTBALL FRANÇAIS

_______

  • En quoi le contrat de partenariat du PSG pour un montant d’environ 700 M€ sur 4 ans (2012-2016) était-il problématique ?

Le PSG n’étant pas côté en Bourse, il n’a pas l’obligation de publier ses comptes, et on ne connait pas les montants exacts de ce contrat. Selon les principaux intéressés, il oscille entre 150 M€ en 2012-2013, et 200 M€ en 2015-16. On tablera donc sur un total d’environ 700 M€ sur 4 ans, soit une moyenne de 175 M€ annuels… Sans ce contrat, le PSG aurait clairement un énorme déficit structurel. Mais le PSG a présenté ce contrat à l’UEFA comme un contrat de sponsoring normal (un revenu commercial, pris en compte dans le calcul du résultat économique), alors qu’en interne et dans sa stratégie de communication, le club le présentait comme un apport financier sans contrepartie : « peu importe que le logo apparaisse sur le maillot », etc…

Le PSG est détenu par QSI, entité elle-même détenue par l’Etat du Qatar. Le partenaire commercial du PSG est QTA, qui est également la propriété de l’Etat du Qatar. Pour définir si QTA agit comme un actionnaire déguisé ou comme un partenaire commercial, l’UEFA a résolu d’évaluer la situation pour déterminer si le contrat est « similaire » (montant, prestations, etc…) aux autres contrats de sponsoring en Europe. Or, en dehors du PSG, le contrat le plus élevé est celui de Manchester United avec Chevrolet, pour un montant d’environ 60 M€ annuels, soit environ un tiers du montant du contrat du PSG !!! L’UEFA a donc conclu en 2014 que seulement une partie du montant de ce contrat serait considérée comme revenu commercial.

  • L’UEFA considère que seulement 100 M€ peuvent être considérés comme revenu commercial du club, le reste étant un apport de capital déguisé…

Selon l’UEFA, la « juste valeur du marché » pour un contrat tel que celui signé entre le PSG et QTA est au grand maximum de 100 M€ (en étant très généreux, car cela représente 60% de plus que le contrat de Chevrolet avec MU). Mais la « dévaluation » du contrat de la part de l’UEFA n’affecte aucunement l’argent réellement reçu par le club de son partenaire qatari. Il change seulement la valeur prise en compte dans le bilan et les résultats économiques présentés par le PSG à l’UEFA, dans le cadre du Financial Fair-Play. Cette mesure de l’UEFA n’affecte donc pas les finances du PSG…

Sur 4 ans (2012-2016), le total de cet apport de capital déguisé a donc été de 300 M€ (75 M€ annuels de moyenne). D’après cette expertise, le PSG a donc disposé de moyens gonflés artificiellement, complètement en-dehors de la réalité du marché, non-liés aux revenus, sans lien avec le véritable retour sur investissement qu’espèrent les sponsors de clubs professionnels de football. Après un nouveau calcul, l’UEFA a conclu que le PSG était donc en déficit, qu’il enfreignait sciemment le règlement du Financial Fair-Play, et qu’il méritait donc des sanctions. Depuis 2 ans, le club a développé ses revenus pour respecter les réglements de l’UEFA, et connaît désormais un bénéfice annuel. C’est pourquoi les sanctions ont été levées, et c’est tout à l’honneur du PSG.

__________

LE PSG A ÉTÉ LÉGÈREMENT SANCTIONNÉ PAR L’UEFA, POUR SON DÉFICIT CUMULÉ, MAIS PAS POUR SA TROMPERIE, ET L’AVANTAGE QU’IL EN A OBTENU

__________

  • Le « UEFA Financial Fair-Play », et le principe de ne pas dépenser plus que ce que l’on gagne !

Avant d’aller plus loin, il est nécessaire de rappeler explicitement les objectifs du Financial Fair-Play (FFP) de l’UEFA. Ce mécanisme prétend amener les clubs engagés dans les compétitions européennes à ne pas dépenser plus que ce que lui permettent ses revenus !! MAIS, un contrat commercial (sponsoring) est considéré comme un revenu, alors qu’un apport de capital d’un actionnaire n’en est pas un ! On l’a déjà dit, le PSG a subi des sanctions pour ne pas avoir respecté ce réglement. Mais rien n’a été fait pour sanctionner la volonté de camoufler les déficits, ou l’avantage obtenu grâce aux plus de 300 M€ dépensés entre 2012 et 2014 ! Qui n’auraient jamais pu être réalisés si le club avait vu sa masse salariale et ses transferts encadrés par la DNCG ou l’UEFA dès 2012 !

Le FFP de l’UEFA exige qu’un club engagé dans ses compétitions ne dépasse pas un certain seuil de déficit cumulé sur une période donnée : 45 M€ sur la période 2013-2015, et 30 M€ sur la période 2015-2018. La DNCG française, quant à elle, a ses propres critères. Elle n’avait d’ailleurs rien trouvé à redire sur le contrat signé entre le PSG et QTA, alors que l’UEFA, de son côté, y a vu une manoeuvre déguisée pour présenter un bénéfice au lieu d’un déficit ! On voit bien que l’instance européenne est beaucoup plus intransigeante que l’instance française, qui n’a pas semblé y trouver quelque chose à dire (que l’on analysera plus tard)…

  • Une amende de l’UEFA de 60 M€ ramenée à 20 M€ et des sanctions levées au bout d’un an au lieu de trois ans…

Etant donné le montant énorme de l’apport actionnarial déguisé (300 M€ sur 4 ans), l’UEFA a infligé une amende d’un montant initial de 60 M€, mais qui représente à peine 20% du total. L’UEFA ira même (après négociations) jusqu’à baisser cette amende à 20 M€, soit 7% du total de « faux revenus ». Cette amende a donc eu un effet pratiquement nul. Mais elle a été assortie d’obligations, concernant la masse salariale et en particulier les achats de joueurs. Des sanctions qui n’ont duré qu’un an, au lieu des trois ans établis initialement (le résultat étant devenu bénéficiaire) et qui n’ont pas empêché le club de recruter David Luiz pour 50 M€ et Serge Aurier (un prêt avec option d’achat) à l’été 2014.

A l’été 2015, le club a donc pu dépenser presque 120 M€ sur le marché des transferts, en ne vendant que pour 20-25 M€ selon Transfermarkt. La masse salariale a augmenté également, au vu des joueurs partis et ceux arrivés, ainsi que des augmentations accordées aux joueurs de l’effectif ! L’UEFA s’est donc limitée à sanctionner un irrespect du réglement quant aux déficits, mais cela n’a bien entendu rien n’a changé en ce qui concerne l’apport de capital déguisé de la part de l’Etat du Qatar à travers QTA, qui fait qu’aucun club français ne peut s’approcher de la capacité de recrutement du PSG.

___________

EST-IL ACCEPTABLE QUE LE PSG DISPOSE DE TANT D’ARGENT ET LE DÉPENSE EN INDEMNITÉS DE TRANSFERTS ÉLEVÉES POUR RECRUTER DES JOUEURS ?

___________

  • Les 300 M€ d’apport actionnarial déguisé depuis 4 ans au PSG sont-ils illégitimes?

Depuis 2012 et jusqu’à 2016, le PSG a donc accumulé 300 M€ d’apport actionnarial déguisé, amputé de 20 M€ d’amende. Soit 280 M€ de différence. Les sanctions de l’UEFA sont désormais levées (masse salariale, montants des achats de joueurs), et le PSG peut désormais dépenser autant d’argent qu’il le veut sur le marché des transferts. On ne conclura pas pour autant que le PSG va dépenser 280 M€ d’un coup. Ce montant a déjà « disparu » en grande partie pour recruter des joueurs depuis l’été 2012, pour un total d’environ 450 M€ environ…

On peut se poser la question de savoir s’il est normal qu’un actionnaire « renfloue » son club si cela est nécessaire pour être à l’équilibre ou pour se développer ? La réponse est logiquement : OUI. Et c’est ce que l’OL a fait à de nombreuses reprises, tant lors de l’augmentation de capital (avec Pathé) qui a permis le recrutement de Sonny Anderson (pour un montant record à l’époque, de presque 20 M€), ou lors de plusieurs augmentations de capital boursières lors des années déficitaires, ou encore récemment pour le développement du Parc OL… Mais cela peut montrer selon le contexte, qu’il y a une gestion à court ou long-terme…

  • Est-il judicieux pour le PSG de dépenser son capital en indemnités de transferts ?

Posons-nous alors la question de savoir si le PSG fait le bon choix rationnel économique en investissant tout ce capital dans le recrutement de joueurs ? Probablement pas. Mais là encore, c’est le PSG qui doit gérer son capital comme bon lui semble. S’il l’investissait principalement dans un nouveau stade ou des infrastructures qui lui rapportent de nouveaux revenus, il s’agirait d’investissements judicieux, guidés par une vision à long-terme. Mais l’OL n’est pas non plus exempt de tout reproche de ce côté-là, après avoir commis la même erreur entre 2008 et 2010, avec de nombreux transferts, que la trésorerie permettait, mais qui ont contribué aux déficits pendant 6 ans.

De plus, gardons à l’esprit que lorsqu’un joueur est recruté, l’indemnité de transfert n’apparait pas comme une dépense, mais bien comme un investissement. A ce titre, ce montant est repercuté sur plusieurs années (autant que dans le contrat signé) comme un amortissement. Si le PSG continue à produire un bénéfice annuel et à recevoir, en plus, 100 ME annuels d’apport de capital déguisé, il pourra « investir » énormément en achat de joueurs, à condition que les revenus du clubs augmentent au moins aussi rapidement que les dépenses (dont la masse salariale) et les amortissements.  Si le club n’est pas en déficit, il n’y aura rien à redire. S’il n’en est pas capable, le club sera susceptible d’être à nouveau sanctionné…

________

CONCLUSIONS INTERROGATIVES…

________

  • Est-ce que le fait qu’un investisseur étranger (privé ou public) « fausse la concurrence » est légal ? Dans les faits, OUI.

Abramovich a mis à contribution sa fortune lorsqu’il a racheté Chelsea. Le consortium chinois qui vient de racheter le Milan AC fera de même. Pareil pour Jiangsu qui a racheté l’Inter et apportera du capital qui permettra d’avoir la trésorerie suffisante pour recruter des joueurs à un prix élevé, et il n’y aura pas de sanctions, tant que le Financial Fair-Play sera respecté (et l’équivalent de la DNCG dans chaque pays européen)… Et ainsi de suite pour de nombreux clubs européens… Personne n’espère sérieusement que l’Article 107 du Traité de Fonctionnement de l’Union Européenne ne soit appliqué à la lettre (celui qui interdit que des fonds non-européens faussent la concurrence dans l’UE)…

  • Est-il acceptable qu’une même entité (l’Etat du Qatar) finance spécifiquement un seul des clubs (à travers QTA) de la compétition qu’il diffuse (à travers Bein Sports) ? NON.

Cela n’est pas acceptable, et on le voit avec l’évolution de la Ligue 1 depuis 4 ans. Tout comme cela n’était pas plus acceptable avec Canal +, qui fut propriétaire du… PSG, de 1991 à 2006 (toujours le même club, quelle coincidence !), même si les chiffres de l’époque n’étaient pas aussi élevés que ceux d’aujourd’hui… C’est pourquoi JMA avance l’idée que cet apport de capital déguisé en provenance du Qatar, soit réparti sous la forme de droits TV plus élevés (à travers Bein Sports) pour profiter à la Ligue 1 toute entière (où, de toutes manières, le PSG recevrait la plus grande part)…

  • Les instances du football français ont-elles été trop bienveillantes sur le contrat PSG-QTA, au moment où Bein Sports devenait diffuseur de L1 ? COMMENT LE SAVOIR ?

C’est là où le problème prend une toute autre ampleur. On se demande si, en 2012, l’intérêt des instances françaises, la LFP en premier lieu, consistait à « croire » la version du PSG sur ce contrat avec QTA (selon laquelle il s’agirait d’un contrat commercial normal, et pas de compensation d’un déficit), en même temps que Bein Sports devenait diffuseur du championnat. On rappelera ici qu’en 2012, le montant total des droits TV pour le football français est passé de 668 M€ annuels à 607 M€, alors même que Bein Sports est devenu le second diffuseur (pour environ 170 M€ annuels). La même entité a donc permis que les droits TV ne s’effondrent pas, et dans le même temps, a surfinancé une seule équipe de ce même championnat, sans que la LFP y trouve rien à redire… Rien ne changera sur la période 2016-2020, où Bein Sports paiera 186,5 M€ annuels à la LFP, et QTA encore 200 M€ au PSG.

  • JMA est-il coupable d’autre chose que de mettre le doigt sur le problème majeur du football français depuis 4 ans et pour encore 4 ans ? NON.

On comprend donc que JMA, au-delà de préparer médiatiquement le Trophée des Champions, met le doigt sur un sujet qui fâche : celui de l’inéquité des revenus télévisés des clubs français dans le contexte actuel, où la même entité (l’Etat du Qatar) finance faiblement les droits TV du championnat, alors qu’il finance à haute dose un seul club des clubs engagés dans cette competition, avec l’accord des instances qui l’organisent ! C’est une situation bien entendu inacceptable, et on attend toujours que des médias consciencieux (bien que parisiens) relayent ces légitimes plaintes, et que l’opinion publique et le monde du football les prennent à leur compte !

________

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner par email ou Twitter, ici : Suivre @OL_LDC 

 

Publicités

2 réflexions sur “Voici pourquoi JMA a raison de se plaindre du PSG…

  1. T un ouf ramon ! Tu nous permet de nous delecter d’un article avec un vrai fond et de vrai problematique. Quand d’autre magasine payant egratigne à peine la surface de sujet moins profond. J’ai decouvert ton blog y a un mois et je me suis surpris a lire tout tes articles paru sur ton blog dans la journée. Chaque jour du mois de juillet j’attendais ton retour de vacance pour à nouveau me plonger dans tes analyses. Merci à toi, je ne cesse de conseiller ton blog a mes amis supporter lyonnais. Bonne continuation.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s