L’économie de l’OL (1/4) Le coût, la valeur et le prix des joueurs de l’OL

aulas1

On entend souvent dire qu’un joueur « vaut tant », qu’il a été « vendu à perte », qu’on économisera son salaire, lequel pourrait être réinvesti pour payer une indemnité de transfert… Beaucoup d’idées souvent fausses qui ajoutent à la confusion, à laquelle les médias aiment bien amener leur touche, en affirmant, par exemple, que l’OL doit absolument vendre un joueur avant le 30 juin. Un petit récapitulatif ne fera pas de mal, en commençant par quelques définitions et quelques tableaux chiffrés. Dans un futur article, nous aborderons le budget de l’OL dans son ensemble pour cette saison qui arrive, et qui devrait dégager un bénéfice énorme, jamais vu dans l’histoire d’un club sportif francais… Mais patience !

(Les tableaux et chiffres correspondent à l’effectif professionnel (et son staff) au 1er juillet 2016, après le départ en fin de contrat de plusieurs joueurs, ainsi que la présence de Samuel Umtiti et de Rachid Ghezzal, pour lequel on aura anticipé une future augmentation lors de sa quasi-certaine prolongation de contrat, ainsi que celle de Maxwell Cornet.)

ESTIMATION DU COÛT SALARIAL ANNUEL POUR L’EFFECTIF ET LE STAFF DE L’OLsalaires corrigés

Le coût salarial est le total de salaire brut et de primes, ainsi que des cotisations patronales. A continuation, un tableau qui propose une estimation (souvent corroborée par les chiffres avancés par la presse).

La première colonne donne une estimation du salaire brut mensuel des joueurs (certains ayant filtré dans la presse, d’autres étant connus également par d’autres moyens…), qui inclut les primes ponctuelles ou générales, comme la prime d’éthique et d’autres, que nous avons mensualisé, le cas échéant.

La deuxième colonne présente le total annuel en millions d’euros de revenu brut pour chaque joueur, où l’on voit que les joueurs de l’OL sont très bien payés (entre 2,5 et 5 M€ annuels pour Lopes, Rafael, Umtiti, Mapou, Gonalons, Tolisso, Ferri, Grenier, Fékir et Lacazette), avec le pompon pour Valbuena et ses 6 M€ annuels, qui représentent un coût salarial annuel pour le club proche des 8 M€…

La troisième colonne présente le coût total salarial annuel pour le club, qui inclut le montant précédent, auquel s’ajoute une estimation des cotisations patronales, dans ce cas-là, une estimation de 27% supplémentaires. (Ce taux a été modifié lors de la correction de l’article, le 19 juin 2016, après révision minitieuse des rapports d’OL Groupe, passant de 35% à 27%).

De plus, il y a une dizaine de joueurs professionnels supplémentaires qui apparaissent à la fin du tableau, de manière groupée, qui va des plus « anciens » (Labidi, N’Gouma, Nganioni, Kalulu) aux plus jeunes (Aouar et Maolida), selon l’estimation de 10 joueurs payés 25.000 euros mensuels… Ainsi qu’une estimation des salaires et du coût du staff de l’équipe professionnelle pour le club (Genesio, Baticle, Bats et Cacapa) assez réaliste…

(Note 1 : A noter que les chiffres proposés par ce tableau (surtout les totaux) sont totalement compatibles avec les déclarations de JMA et le dernier rapport annuel d’OL Groupe (octobre 2015), qui donne une masse salariale de 75 M€ lors de la saison 2014/15, et d’une augmentation de 30% pour la saison 2015/16, qui, à son tour, sera délestée au cours de cet été (et de l’hiver dernier) de plusieurs joueurs, tels que Beauvue, Bisevac, M’Vuemba et Malbranque, et augmentée par la prolongation de Ghezzal et Cornet).

(Note 2 : Le total de 82 ME de masse salariale « joueurs et staff » doit être complété d’environ 8 ME de masse salariale pour le restant d’OL Groupe et ses filiales, le centre de formation, l’équipe féminine, l’Association, etc…, inclus dans le produit des activités du groupe, ce qui fait monter la masse salariale à environ 90 ME).

L’AMORTISSEMENT DES TRANSFERTS DES JOUEURS (SUR LEUR CONTRAT)amortissement corrigé

L’amortissement des contrats des joueurs est le chiffre qui correspond à l’investissement annuel nécessaire pour payer l’indemnité de transfert du joueur, sur toute la durée de son contrat.

Lors de l’arrivée d’un joueur avec indemnité de transfert, le montant de cette indemnité (et les bonus et incentives que j’ai inclus à 80%, pour un total d’environ 3 ME*) représentent la valeur comptable du joueur. Chaque année, le club amortit une part de ce contrat, jusqu’à son terme, où le joueur n’aura plus de valeur (contrat terminé).

(D’un point de vue comptable, les bonus ne sont pas incorporés aux amortissements, mais apparaissent comme des créances envers les clubs d’origine du joueur, mais cela n’a pas grande importance ici, c’est un point de détail, la différence étant minime…)

Lors des prolongations de contrat, l’amortissement restant est divisé par le nombre d’années restantes du nouveau contrat, ce qui permet de réduire le montant de l’amortissement annuel (réalisé avec Koné, Jallet et Fofana). L’amortissement annuel présenté a été révisé après les prolongations de contrat*.

Pour l’année 2016/17, le club créditera donc autour de 10 M€ au titre de l’amortissement des contrats des joueurs. Le total de l’effectif vaut comptablement autour de 32 M€ au 1er juillet 2016, pour des montants de transferts totaux de 47 M€.

Lors d’un transfert (départ d’un joueur), d’un point de vue comptable, le club se défait d’un actif dont la valeur est celle de l’amortissement total restant (dernière colonne), c’est-à-dire 4 M€ pour Valbuena, 0,5 M€ pour Jallet, 10,4 M€ pour Darder, etc… Si l’on vend un joueur à cette valeur, le club ne perd rien, puisqu’il encaisse le même montant qui disparaît dans la colonne des actifs (les joueurs).

Imaginons un instant que le club vende Valbuena cet été pour 6 M€ (on peut toujours rêver…!), beaucoup diraient que le club n’a pas perdu d’argent car il a été vendu au même prix qu’il a été acheté. En réalité, le club aura réalisé une plus-value comptable de 2 M€ (il vaut 4 M€, il est vendu 6 M€), et ainsi de suite. De la même manière, s’il est vendu 2 M€ (ce qui est plus probable), le club n’aura pas perdu 4 M€, mais seulement 2 M€…

(Pour les joueurs formés au club, il n’y a pas d’amortissement comptabilisé, le coût de la formation fait partie de dépenses fixes du club, sans lien comptable avec les joueurs pris individuellement, d’où leur valeur de 0 euro.)

LE COÛT TOTAL ANNUEL DES JOUEURS ET DU STAFF POUR LE CLUBcout total corrigé.png

Le coût total annuel des joueurs (et du staff) pour le club est la somme du coût salarial et de l’amortissement.

On observe donc que le joueur le plus coûteux à l’OL est Valbuena, suivi de Lacazette (logiquement), puis Mapou et Rafael (salaire élevé et un amortissement pas très élevé) et de plusieurs joueurs formés au club (Gonalons, Grenier, Fékir, Umtiti), puis Darder, qui malgré une indemnité de transfert élevée, à un coût pour le club inférieur à 5 M€ annuels (dû a son salaire assez faible).

On comprend ainsi que les départs de Valbuena (coût total proche des 10 M€) et Grenier (5 M€ pour un rendement très limité) représenteraient une importante baisse de dépenses annuelles pour le club, d’environ 15 M€. Si l’on y ajoute Koné et Rose, on se rapproche de la barre des 20 M€, soit 4 fois ce que coûte Darder. On imagine que les 2, 3 ou 4 recrues de cet été n’occuperont pas plus que ces 20 M€ annuels, d’un point de vue comptable…

À noter que le staff et les 10 jeunes en question représentent conjointement un total assez élevé (11-12 M€) mais qui est dicté par les besoins d’un club comme l’OL.

LE PRIX DES JOUEURS DE L’OL SUR LE MARCHÉ DES TRANSFERTSprix des joueurs.jpg

Intéressons-nous maintenant à la partie plus « brillante », qui est la question de la valeur des joueurs sur le marché des transferts. Nous préférerons appeler cette valeur, le « prix des joueurs » (comme le prix d’achat d’un joueur par un autre club).

Le club, dans ses rapports annuels, prend en compte les chiffres donnés par Transfermarkt, mais nous allons compléter ces chiffres par une deuxième colonne, avec les prix estimés en fonction de la réalité du marché de 2016 (et les offres déjà arrivées sur la table de JMA, notamment pour Lacazette, Umtiti, Fékir et Tolisso, ainsi que les rumeurs sur des joueurs comme Cornet et Ghezzal, à mettre en relation avec le prix de vente, l’été dernier, des N’Jie, Veretout, Ayew, Amavi, etc…).

Nous allons même ajouter une troisième colonne, qui anticipe les prix estimés pour l’été 2017 (avec l’inflation des droits TV en Angleterre, en Allemagne et même en Italie et Espagne), au cas où ces joueurs restent au club et continuent à progresser, avec une belle campagne européenne (en LDC ou en Europa League) et quelques sélections de plus pour certains… Cette colonne est indicative, mais montre bien que si le club et les joueurs font belle figure, la vraie valeur (le prix) de l’effectif dans son ensemble serait proprement vertigineux pour un club comme l’OL… Le club compte sur des joueurs (des actifs) d’une valeur potentiellement supérieure à 300 M€ d’ici un an.

_______

CONCLUSIONS

_______

  • Le coût salarial annuel est aujourd’hui d’un peu plus de 90 M€ (« joueurs » + « hors-joueurs » à ne pas oublier), il devrait rester stable après les transferts de cet été, même avec plusieurs arrivées (à condition que Valbuena et Grenier soient transférés), voire même diminuer…
  • Le total annuel des amortissements est aujourd’hui de près de 10 M€ et ne devrait pas non plus augmenter (ou très peu), malgré 2 ou 3 transferts avec indemnités (à condition que Valbuena, Rose et Koné soient transférés).
  • Le coût total annuel de l’effectif professionnel (et staff) pour le club se maintiendra donc aux alentours des 100 M€, un montant légèrement inférieur au même total pour la saison 2015/16 (ce que montrera le prochain rapport annuel).
  • Le prix des joueurs de l’effectif est aujourd’hui en réalité supérieure à 200 M€ (non pas 150 M€ comme le dit Transfermarkt), et pourrait largement dépasser les 300 M€ d’ici un an.

Le club est donc complètement et indéniablement en très bonne forme sur le plan économique et financier. Même sans aucun départ, il devrait y avoir lors de la saison 2016/2017 (et l’exercice financier correspondant) un très large bénéfice, voire énorme, qui permettra deux choses en parallèle :

  • compter sur un apport à la trésorerie qui permettra de financer le paiement des indemnités de transfert de futures recrues
  • contribuer au remboursement anticipé des prêts et autres créances relatives au PARC OL, comme cela est prévu dans les contrats de financement…

Et si jamais Samuel Umtiti venait à être transféré à Barcelone pour un montant minimum garanti de 30 M€, et Alexandre Lacazette (disons dans 12 mois) pour un montant supérieur à 60 M€, ce qui n’est pas nécessaire d’un point de vue économique, répétons-le, le club disposerait de 100 M€ pour reáliser les objectifs nommés plus haut… Ce qui serait du jamais-vu pour l’OL et JMA. Mais est-ce désirable sur le plan sportif ?

______

EDIT : Cet article a été corrigé au 19 juin 2016, en prenant en compte notamment la future prolongation et augmentation de Maxwell Cornet, ainsi que des corrections mineures de certains salaires mensuels bruts (variations inférieures à 10-15% des chiffres initialement proposés), et une modification du taux de cotisations patronales de 35% à 27% (après révision minitieuse des rapports d’OL Groupe), d’où une masse salariale « joueurs » inférieure à celle publiée antérieurement.

______

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner par email ou Twitter, ici :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s