L’OL et ses jeunes. Les principaux défis de l’été 2016 (4/4) Les incertains et les pépites à venir

c131e

Comme vous l’avez désormais compris, le secteur offensif sera la grande inconnue de ce groupe Pro 2, avec le seul Aouar présent (lui qui jouera surement la Youth League et éventuellement au niveau U19), et peut-être Perrin, si ce dernier ne part pas en prêt. C’est pourquoi la grande majorité des joueurs présentés dans cette catégorie sont des joueurs à caractère offensif. Certains d’entre eux ne sont pas les pépites attendues de demain (ils n’ont d’ailleurs pas encore signé de contrat professionnel), alors que quelques autres sont plus jeunes mais peut-être plus prometteurs

CEUX QUI DOIVENT MONTRER QU’ILS ONT LE NIVEAU CFA POUR DEVENIR PROFESSIONNELS À L’OL

Florian Ankoué (1998), grand attaquant de pointe recruté il y a à peine un an (en même temps que Romain Escarpit, qui part déjà cet été), n’a pas été transcendant en U19 cette année, mais il est tout de même celui qui devrait naturellement profiter de l’absence de concurrents dans le futur groupe Pro 2. Espérons qu’il trouve rapidement son rythme de croisière avec l’OL et améliorera ses statistiques et son influence dans le jeu. Il est en tous cas devant Thomas Richard, qui n’a pas confirmé en U19 ce qu’on avait vu en U17, et dont on ne sait pas exactement s’il restera au club.

Yann Kitala (1998) et Alan Dzabana (1997) postuleront également à un poste offensif, sur le côté gauche ou bien dans l’axe si l’équipe s’organise sans ailiers. Le premier des deux nommés surfe sur une saison où il a obtenu de bonnes statistiques, notamment en termes de buts, et profite du fait qu’il a un an de moins que son concurrent. Pour le second, on espère qu’il saura faire la transition entre les U19 et le niveau CFA, pas toujours facile. On imagine que seulement l’un des deux aura sa chance, à terme, aux entraînements de l’équipe première…

Yoann Martelat (1997), s’est définitivement imposé en U19 cette année mais il ne part pas forcément favori au niveau supérieur, même s’il devrait jouer assez, après le départ de Moutoussamy entre autres. Un style travailleur et altruiste qui pourrait permettre à d’autres joueurs de s’exprimer et « faire parler les stats ». Souvent apprécié par les observateurs, on espère voir une confirmation d’ici un an pour signer un contrat professionnel avec le club.

Yassin Fékir (1997), a eu plus de temps de jeu en deuxième partie de saison avec les U19, en tant qu’ailier droit (après le repositionnement de Cognat dans l’axe) sans véritablement s’imposer ou devenir incontournable. Il devra affronter en CFA des gabarits qui vont lui rendre la tâche difficile. Ce sera l’épreuve qui déterminera si le joueur a un futur professionnel, et si ce futur peut être à l’OL. Ne lui mettons pas une pression innécessaire, tout comme aux autres « frères et fils de » (Fékir, Kalulu, Bahlouli, Giuly…)

Dorian Grange (1996) et Stanislas Lebongo (1997) seront certainement mis en concurrence en CFA. Le premier a signé son contrat professionnel il y a quelques semaines, alors que le second, annoncé depuis quelques années comme un très grand espoir, mais qui n’a pas forcément concrétisé les attentes pour l’instant (sans pour autant laisser croire qu’il a perdu son talent depuis), même si, à ce poste, le futur de Lucas Mocio (22 ans déjà) n’est pas clair et pourrait réduire le temps de jeu d’un des deux joueurs en CFA, voire des deux, à moins qu’il soit prêté ou quitte le club, lui qui a encore un an de contrat…

LES PÉPITES OFFENSIVES D’APRÈS-DEMAIN (ex-U17) QUI S’AFFIRMERONT EN U19 ET POURRAIENT S’INSTALLER EN CFA D’ICI LA FIN DE LA SAISON

La catégorie des U17 a été le théâtre la saison passée d’une vraie confirmation (à ce niveau) de 3 attaquants qui ont explosé les statistiques et agréablement surpris les observateurs. Myziane Maolida (1999), convoité par des clubs anglais, a signé un peu prématurement son premier contrat professionnel, alors que Amine Gouiri (2000) et Mickael Almeida (1999) suivent la même voie, respectivement internationaux réguliers en équipes de jeunes de France et du Portugal. Ces trois-là, et en particulier le premier d’entre eux, qui vient de signer son contrat professionel et a joué plus régulièrement en U19 cette saison, devraient attraper le wagon de la CFA.

Un peu plus bas sur le terrain (et sur les ailes), on devrait voir pousser plusieurs jeunes « neo-U19 » : Hamza Rafia (1999), Maxence Caqueret (2000), César Neto (1999) et Ryan Ouazine (1999), Paul Devarrewaere (1999) sans oublier un joueur arrivé il y a peu, Théo Ndicka Matam (2000), qui ont souvent été sélectionné en équipe nationale. Laissons-leur tout de même le temps de s’affirmer en U19 avant d’espérer d’eux qu’ils se montrent à leur avantage en CFA. Nous en reparlerons d’ici quelques temps!

____

Cette série d’articles sur la place des jeunes néo-professionnels (ou pas encore), à partir de cet été et pendant la saison à venir, est désormais conclue, en espérant avoir apporté un peu plus de clarté et être attentifs à l’évolution de ces joueurs, dont on reparlera d’ici peu, en équipe première…

____

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner par email ou Twitter, ici :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s